dimanche 20 mai 2018

Le rail et la route

En 1935, Essigny-le-Petit était desservi par le rail et la route mais une menace de fermeture plane sur la liaison routière.

C'est la liaison ferroviaire qui disparaîtra la première à la fin des années 1970, la liaison routière régulière cessera vers 2015.

Que dit-on en 1935 ?







"On a trop négligé les intérêts du public. On a fait trop bon marché des usagers". 

Qu'y a-t-il de changé en 2018 ?

Deux lignes sont sur la sellette en cette année 1935 : la 7 et la 11 de la Compagnie Saint-Quentinoise des Transports. Ces deux lignes desservent entre autres les 3 communes de Essigny-le-Petit, Fonsomme et Croix-Fonsomme.


L'idée est de supprimer la ligne routière n°7 au prétexte que le rail passe dans ces villages ... ou à proximité (à quelques kilomètres pour certains autres villages). Supprimer la gare d'Essigny ou la halte de Croix semblait une meilleure solution pour la coordination des transports collectifs.



La ligne n° 11 subirait le même sort. Le journal cherche à mobiliser la population et les élus contre cette atteinte au monde rural.





Qu'y a-t-il de changé en 2018 ?

Les trains ne s'arrêtent plus à Essigny, les autocars ne passent plus à Essigny. D'autres ne passeront sans doute plus ailleurs.

Si. Quelque chose a changé : la dette du rail est de 50 milliards d'euros en 2018 et non de 5 millions de francs comme en 1935 (4 milliards d'euros en valeur 2017).

Source : Retronews - Le site de presse de la BnF.
Le Grand Écho de l'Aisne du 20 juillet 1935 





vendredi 18 mai 2018

1934 : la construction du silo

Un accident s'est produit sur le chantier de construction du silo.

On peut lire dans le grand écho de l'Aisne du 10 novembre 1934 :

ESSIGNY-LE-PETIT. 
Chute de 12 mètres de hauteur
On construit actuellement un silo de grains dans notre gare. M. Menu Édouard, menuisier à Fonsomme, qui y est occupé, était lundi sur un échafaudage à une hauteur de 12 mètres, lorsqu'il fit un faux mouvement et tomba dans le vide.
Grièvement blessé, il fut conduit à l’Hôtel-Dieu de Saint-Quentin où l'on craint une lésion de la colonne vertébrale.


Source : Retronews - Le site de presse de la BnF




mercredi 16 mai 2018

Deux noyades en octobre et novembre 1888

Tout d'abord, Pierre François Hardy, le garde-champêtre de la commune le 21 octobre 1888



Puis fin novembre, Mme Marchandise de Fonsomme.


Ajouter une légende


Sources : Retronews - Le site de presse de la BnF.
Le Guetteur de Saint-Quentin et de l'Aisne du 24 octobre 1888
Le Journal de Saint-Quentin et de l'arrondissement du 23 novembre 1888



lundi 14 mai 2018

Une épidémie de fièvre typhoïde à Essigny

Deux communes du Saint-Quentinois semblent avoir été victimes de cette épidémie en 1862 : Essigny, donc, et Annois.

Le Journal de Saint-Quentin et de l'arrondissement du 18 décembre 1863

Source :Retronews - Le site de presse de BnF

samedi 12 mai 2018

Le moulin à vent d'Essigny

Des moulins à vent se dressaient un peu partout pour peu que l'on ait un peu de vent.

Je n'avais encore jamais lu quoi que ce soit sur un éventuel moulin à Essigny-le-Petit. Toutefois sur le cadastre napoléonien figure un moulin sur les hauteurs nord de la commune dans le prolongement de l'actuelle rue du Vieux-Moulin.

Mais c'est d'un moulin brulé dont la presse parle.

Le Journal de la ville de Saint-Quentin et de l'arrondissement du 31 mars 1876
En 1872, ce moulin était à vendre ou à louer

 
Le Journal d la ville de Saint-Quentin et de l'arrondissement du 07 juillet 1872




Source : Retronews- Le site de presse de la BnF.

jeudi 10 mai 2018

Inauguration de la nouvelle mairie

C'est dire qu'il y en avait une autre avant. Où ? Depuis quand ?

Revenons à celle qui fut inaugurée le dimanche 11 novembre 1883, celle que nous connaissons tous puisqu'elle se dresse toujours sur la place communale.

Le Guetteur de Saint-Quentin et de l'arrondissement du 16 novembre 1883 relate ainsi l'évènement :

ESSIGNY-LE-PETIT. On nous écrit :

Dimanche dernier, à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle mairie, un modeste et frugal repas était offert par M. le Maire et la majorité de ses conseillers.
Chacun d'eux, outre une souscription particulière, avait procuré d'avance sa quote-part en  nature. Tout, vous le pensez bien, s'y est passé en bonne et sympathique fraternité.
M. le Maire, par quelques mots délicats, exprima les difficultés que suscite une construction d'école dans un pays sans ressource, et remercia les conseillers présents de leur bienveillant concours. C'est' en effet, grâce à leur bonne entente, que tout concourut à bâtir cette école si grandiose et tant souhaitée. On applaudit à ces paroles de M. Faglin, et l'on fit des voeux pour que les améliorations commencées fussent poursuivies. On peut donc penser que cette petite commune en voie de progrès n'en restera pas là.
Honneur donc à M. le Maire ! félicitations au conseil communal ! et remerciements au gouvernement de la République qui se montra si généreux dans le secours alloué à la commune !

Source : Retronews - le site de presse de la BnF.

 

mardi 8 mai 2018

Des voleurs

Dire qu'il y avait plus de voleurs autrefois ou jadis que maintenant, on pourrait le croire à la lecture de la presse locale ancienne.

En voici quelques extraits :



















Sources : les journaux locaux de la fin des années 1800 dans Retronews - le site de presse de la BnF.