lundi 19 février 2018

Garde champêtre il y a plus de 200 ans

Le blog a déjà eu l'occasion de vous parler des gardes champêtres du XXème siècle.
En me plongeant dans l'état-civil de 1818, on y trouve trace d'un garde champêtre décédé cette année là.



Il s'agit de Théodore CAUDRON, âgé de 84 ans, veuf de Marie Geneviève DEVERSIN, décédé le 28 janvier 1818.

Voilà ce qu'écrit l'encyclopédie Wikipédia à propos des gardes champêtres :

C'est par les lois du 23 septembre et du 6 octobre 1791, qui définissent la police rurale dans le cadre de l'élaboration du code rural, qu'est véritablement instauré le corps des gardes champêtres. Mais c'est la loi du 8 juillet 1795 (Messidor an III) prise par l'assemblée thermidorienne qui définit le statut du garde champêtre, le rendant entre autres obligatoire dans toutes les communes rurales de France et établit des critères de recrutement précis. Les gardes champêtres doivent avoir au moins 25 ans, savoir lire et écrire, avoir une bonne condition physique, faire partie des vétérans nationaux ou des anciens militaires pensionnés ou munis de congés pour blessures. Ils sont choisis par les maires qui soumettent leur choix au conseil municipal et en donne avis au sous-préfet de leur arrondissement. Le garde champêtre doit prêter serment devant le juge de paix du canton "de veiller à la conservation de toutes propriétés qui sont sous la loi publique et de celles dont la garde leur est confiée". Il devient un agent de la force publique par son inscription au registre de la Gendarmerie qui peut le requérir et avec qui il partage une mission de police commune : la surveillance des campagnes.

samedi 17 février 2018

Les transports Bourquin en 1958


Cette carte postale contre-remboursement adressée à Essigny-le-Petit a été refusée par le destinataire et retournée à l'envoyeur. Le cachet à date de la poste locale date du 14 avril 1958.


Le destinataire était les transports BOURQUIN, entreprise qui n'a pas souhaité renouveler son abonnement à la revue "l'Information Transports".

Cette entreprise existait-elle encore en 1958 ?

mercredi 14 février 2018

Vues aériennes

L'IGN propose des photos aériennes verticales et des cartes topographiques anciennes de chacune des communes de France.

La photo noir et blanc date du début des années 1950, la photo couleur de 2013.




Pour en savoir plus, cliquez  ici.

lundi 12 février 2018

Un OVNI au-dessus de Lesdins

......
Un retraité, Jacques L., qui habite dans le quartier de Remicourt à Saint-Quentin, a vu quant à lui une "boule rouge" surgir de la nuit. Après s'être un moment stabilisée, elle a disparu à très grande vitesse. C'était encore en 2009 et il était 3 heures du matin. La boule paraissait venir de la direction de Lesdins.
.......

Extrait de  "Les Mystères de l'Aisne" de Jean-Claude GEORGE au éditions De Borée.


samedi 10 février 2018

La rigole en 1941 (3)

Le photographe a dû grimper sur le talus de la voie ferrée pour fixer sur la pellicule la Somme et la rigole parallèles à Courcelles.




Passage souterrain du canal et de la Somme sous la voie ferrée à Essigny-le-Petit.



jeudi 8 février 2018

La rigole en 1941 (2)

Le soldat photographe allemand a parcouru la rigole entre Croix-Fonsomme et Lesdins.



Il situe cette prise de vue entre Fonsomme et Essigny





mardi 6 février 2018

La rigole en 1941 (1)



Une photo de la rigole du Noirieu à Croix-Fonsomme, là où l'ancien et le nouveau tracé se rejoignent.
Cette photo a été prise par un soldat allemand en 1941.



C'est où exactement ?