samedi 23 septembre 2017

Le cahier de doléances de 1789

Les archives départementales de l'Aisne détiennent les cahiers de doléances de nombreuses communes axonaises dressés le 1er mars 1789.


 Cahier des doléances

plaintes et remontrances

de la Municipalité de

Essigny-le-Petit

Cejourd'hui, 1er mars 1789, en vertu du procès-verbal du même jour de l'assemblée tenue en conformité des lettres du Roi données à Versailles le 24 juillet dernier ainsi que de l'ordonnance du juge royal, pour la formation et rédaction des plaintes, doléances et remontrances de la municipalité du village d'Essigny-le-Petit ; Nous Syndic et principaux habitants d'Essigny-le-Petit assistés de tous ceux de la communauté qui, selon les règlements, ont droit d'assister à ladite assemblée, demadons, représentons et supplions très respectueusement ce qui suit.

  
Premièrement : l'abolition de la milice personnelle et tirée au sort comme attentatoire à la liberté française.

2. l'extinction de la gabelle ; le transport des barrières sur les frontières du royaume ; la liberté du sel comme denrée de première nécessité ; la suppression des aides nuisibles au repos des habitants de la campagne et mettant des entraves à la libéralité des riches envers la classe des malades et nécessiteux.

3. la suppression du droit le plus onéreux aux habitants d la campagne et à  la classe dite des non propriétaires, qu'est le franc-fief, les dix sols pour livre et sa tyrannique perception, une modification dans la perception des droits de contrôle des actes, l’établissement d'une taxe fixe et d'un tarif ininterprétable.

A suivre

Source : Département de l'Aisne - Archives départementales de l'Aisne

1 commentaire:

  1. Nous retrouvons là des revendications qui ont toujours d'actualité et les taxes de francs fiefs de l'époque nous font penser aux zones franches telles que celles créées à Saint Quentin pour revitaliser certains quartiers.
    Plus de siècles plus tard les mêmes causes produisent les mêmes effets.

    RépondreSupprimer